À peine quelques heures après avoir annoncé un tout nouveau partenariat avec le projet saoudien de ville futuriste, Neom, le LEC a fait machine arrière. De nombreuses personnes s’étaient soulevé contre cette association, y compris au sein même de Riot Games.

Hier le LEC – championnat européen de League of Legends – a suscité une vive polémique en annonçant un partenariat avec Neom, le projet de ville futuriste lancé en Arabie Saoudite par le prince héritier Mohammed Ben Salman. Une collaboration qui n’aura finalement pas lieu a annoncé ce matin le LEC.

« En tant qu’entreprise et en tant que ligue, nous savons qu’il est important de reconnaître quand nous faisons des erreurs et de travailler rapidement pour les corriger, déclare dans ce communiqué Alberto Guerrero, directeur de l’esport chez Riot Games Europe, Moyen-Orient et Afrique. […] Nous sommes allés trop vite pour sceller ce partenariat et avons provoqué des divisions dans la communauté que nous cherchons à développer. »

Après l’annonce de ce partenariat hier, de nombreuses voix s’étaient élevé contre ce projet, y compris au sein même de Riot Games, l’éditeur du jeu League of Legends. En cause, les conditions décriées des travaux de la ville de Neom, ayant coûté la vie à un ouvrier et même plus largement, la position du gouvernement saoudien concernant les droits des femmes et des homosexuels.

De nombreux acteurs de l’esport, les commentateurs du LEC en tête de liste, on fait part de leur colère et de leur incompréhension face une telle annonce ; raison du rétropédalage de la ligue ce matin.