Longtemps associé à la violence ou à l’addiction, le jeu vidéo semble jouir d’une bien meilleure réputation depuis le début de la pandémie de Covid-19. Idéale pour rester chez soi et lutter contre l’anxiété, la console de jeux est devenue le nouvel allié des médecins.

Quoi de mieux que de s’amuser à la maison devant un bon jeu vidéo en période de confinement ? Visiblement pas grand-chose, si l’on en croit les conseils de Michaël Stora, psychologue et fondateur de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines (OMNSH). Expert du domaine, il explique dans un entretien accordé à Gamestream comment le jeu vidéo peut être une source de bien-être et d’équilibre familial. L’idéal pour apaiser les tensions après deux mois de confinement.

« Pour beaucoup d’ados, les écrans vont être une planche de secours, ces prochaines semaines car ils seront un moyen d’échapper au confinement et à la lourdeur des relations interpersonnelles qui peuvent exister dans toutes les familles. Le jeu vidéo va également permettre aux parents de dire à leurs enfants : « Tiens, montre-moi un peu ce que tu fais sur Tik Tok, et tes vidéos YouTube » ou « Allez, on va faire une partie de Mario Kart ». Voilà, c’est comme ces moments où on se retrouve enfermés dans une maison de vacances parce qu’il pleut, on se fait un jeu de société. Je conseillerais alors de proposer aux enfants des jeux plus narratifs, ceux où il est possible de se passer la manette de l’un à l’autre, de jouer en famille. »

Le docteur Michaël Stora nous a même fait une petite sélection pour l’occasion, à base de Detroit: Become Human pour les fans d’enquêtes ou encore Ico, Shadow of the Colossus et The Last Guardian pour une petite touche de poésie.

Comment se fixer des limites ?

Mais comme pour toutes les bonnes choses, il faut savoir rester raisonnable et se fixer des limites. « En ce qui concerne les jeux à proscrire ou non, il faut voir en fonction de l’âge des enfants, suivre la norme PEGI. Beaucoup de gens ont été choqués que le jeu Plague Inc. – dont le but est de répandre un virus – ait été téléchargé des millions de fois au début de l’épidémie. Mais rappelons que le jeu vidéo permet de redevenir acteur de situations dans lesquelles on est passif. Avec un jeu comme Fortnite qui n’est finalement que de la BD, c’est le temps qu’on y passe qui devient problématique pour les parents. Mon expérience me montre que si un des parents, et souvent la figure du père, passe un temps privilégié avec son fils sur un jeu vidéo, cela va permettre à l’enfant de vivre une expérience d’attention conjointe positive. Jouer avec ses enfants permet de limiter le temps passé seul », explique le psychologue.

Depuis le début du mois d’avril, l’Organisation mondiale de la santé a rejoint le programme Play Apart Together lancé pour promouvoir la distanciation sociale et elle conseille même aux gens de jouer aux jeux vidéo le temps de la pandémie. Alors à vos manettes… c’est bon pour la santé !